Merci de partager cette page sur vos réseaux…

Guignolsland.com

Gnafron, compagnon de Guignol

Les pages Guignol de Guignolsland : Guignol et Brindas // Gnafron (& Brindas) // Le grenier de Guignol // Guignol and Brindas // Les lieux de Guignol (carte GgMaps) --


Gnafron ancien
Un Gnafron "moderne"... et un Gnafron plus historique

Le personnage de GNAFRON, compagnon inséparable de GUIGNOL, a été créé par Laurent Mourguet avant même celui de Guignol (en 1805 probablement). Et si ce dernier ressemble beaucoup à son créateur (Guignol est nettement à l'image de Mourguet), c'est un ex-compère de celui-ci, le Père Thomas, vaguement cordonnier (et cordonnier se dit gnafre en "parler lyonnais"*), mais surtout amuseur public, qui lui aurait inspiré ce personnage de philosophe assoiffé à l'esprit fraternel, au nez rougi par le beaujolais et à la voix atrocement éraillée (par le vin, le tabac ou les brouillards lyonnais d'alors ?!).

NB : S'il n'y a qu'un seul marionnettiste dans le castelet, il tient traditionnellement Guignol de sa main gauche et Gnafron à la main droite. Donc Guignol se retrouve en principe "côté cour" et Gnafron "côté jardin".
Serge D

Une jolie description du personnage par Justin Godart* : "Gnafron, l'intrépide consommateur, qui, grâce au beaujolais maintient sa verve en éveil, méprise les embiernes de l'existence, garde l'âme sensible, l'esprit fraternel, et arbore fièrement sur son nez les couleurs de sa belle : la vigne".

En annexe : un document (PDF) sur les origines de Gnafron (et de Guignol), par Gérald Dardart > www.mairie-charlevillemezieres.fr/...pdf
(Avec ce titre un peu étonnant car le Père Thomas était apparemment originaire des Ardennes).

NB : Nos *astérisques* bleus (cliquez précis !) renvoient à Wikipédia.


Gnafron et Brindas
(Pierre Neichthauser - 1873/1953)

Marié à une descendante de Laurent Mourguet (le créateur de Guignol), Pierre Neichthauser en animant le fameux théâtre du Quai Saint Antoine de 1907 à 1953 (son frère Ernest continua jusqu'en 1966, avant que la salle soit victime d'un plan d'urbanisme), contribua à rendre le Guignol lyonnais célèbre au-delà de nos frontières.

Voici un article du "Nouveau Journal" du 21 Mai 1929, texte savoureux qui salue avec humour l'élection de Pierre Neichthauser (photographié ci-dessous avec sa marionnette Gnafron) comme maire du village de Brindas. Il le restera jusqu'en 1941. On peut voir la sépulture des Neichthauser (et Josserand / Fouard / Mercier..) au cimetière communal (à gauche du monument aux morts...).

"GNAFRON ÉLU MAIRE DE BRINDAS"
(Article et titre parus dans "LE NOUVEAU JOURNAL" du 21 Mai 1929)

"Gnafron, le spirituel et traditionnel Gnafron qui, tous les soirs, dans la salle du petit théâtre Mourguet, du quai Saint-Antoine, soulève les éclats de rire de ses admirateurs, par ses saillies imprévues et pleines de bon sens, Gnafron, le truculent compagnon du jeune Guignol, vient d'obtenir un succès de plus, dont se réjouiront tous ses amis :

Gnafron a été élu dimanche maire de Brindas. (Pour ceux qui ne sauraient pas, Brindas est une petite commune de 1.500 habitants située près de Vaugneray).

Gagnés par sa verve, par sa gaieté proverbiales, les sages électeurs de Brindas, tous fervents de la poupée lyonnaise, ont pensé que seul Gnafron, qui, dans la salle du quai Saint-Antoine, réalise l'unanimité des suffrages, pouvait, sur la scène du théâtre municipal, mettre d'accord tout le monde, conseillers et électeurs.

C'est pourquoi M. ESCOFFIER, ancien maire, ayant senti la nécessité de se reposer et décliné l'offre qui lui était faite de se représenter, les électeurs sont allés chercher ce bon Gnafron, en la personne de son prototype, M. NEICHTHAUSER, le sympathique directeur du théâtre Mourguet, et sont parvenus à vaincre ses scrupules.

M. NEICHTHAUSER qui, depuis vingt ans, possède une petite maison à Brindas, fut donc élu conseiller municipal au premier tour ; et dimanche, il était choisi comme maire, à l'unanimité des voix - sauf la sienne.

Bien entendu, dans cet heureux pays, il n'y a pas eu de bataille électorale, pas de surenchère démagogique, pas de promesses fallacieuses. Les électeurs ont choisi un honnête homme, à la vie simple et droite, qui gérera sa commune comme il conduit son ménage, avec toute sa conscience.

Est-il besoin de le dire ? Après la séance Gnafron est descendu avec tout son conseil municipal dans l'endroit le plus "chenu" de Brindas où il a arrosé consciencieusement son heureux avènement."


Et dans La Vie Lyonnaise du 25 Mai 1929 :

"A Brindas on vient de proclamer maire le plus vraiment démocratique de tous les candidats, le plus simple et le meilleur. Gnafron, savetier et aussi professeur de bon sens, Gnafron maire de Brindas ! Quelle aubaine pour ses administrés, quelle chance vraiment d'avoir un maire philosophe, prenant la vie tout de bon gré. Ah quel bon maire que celui de Brindas, et quelles félicitations il faut adresser aux habitants de cette commune d'avoir élu Pierre Neichthauser en qui s'incarne si vivant, si cher à nous tous, notre Gnafron, héros familier de nos traditions lyonnaises !"


Enfin, dans le Journal de Guignol du 1er juin 1929 :

"Quand les trompettes de la Renommée annoncèrent aux quatre ou cinq coins du monde que le maire de Brindas s'appelait Neichthauser, ce ne fut qu'un cri, un seul : Gnafron est maire ! Âme d'artiste et cœur d'or, Pierre Neichthauser professe une affection à ses amis du castelet l'hiver et du Chazottier l'été. Montez à Brindas, demandez le Chazottier, quand vous verrez une coquette maison aux volets verts, modestement cachée au fond d'un petit chemin qui plonge sur le ravin boisé, arrêtez vous. Vous entendrez rire, joyeusement. C'est là, entrez tous. La devise de la maison c'est : plus on est defous, plus on rit... Et c'est toujours complet !! Au respect que je vous dois Monsieur le Maire ! »


Et la lumière fut...
Petit extrait d'un article de Jean-Guy Mourguet et Jean-Pierre Mercier sur leur oncle Pierre (dans L'ARAIRE n°140 de Mars 2005) :

..."Il ne faudrait pas croire cependant que le Tonton Pierre [NDLR: en tant que maire de Brindas] se préoccupait uniquement d'organiser des fêtes, même s'il était d'un heureux tempérament. Il fit procéder à l'électrification de la commune et, comme de bien s'accorde, le premier soir offrit l'occasion d'une fête de la lumière avant la lettre, il est sans doute difficile d'imaginer aujourd'hui quel changement extraordinaire pouvait représenter le passage de la bougie et de la lampe à pétrole à l'éclairage électrique.
Il créa la cantine scolaire, le sou des écoles, le comité des fêtes bien entendu et une pharmacie municipale de secours qu'il paya de ses propres deniers." ...Etc



Une autre photo de la même séance (que ci-dessus.. En 1948 ? chez Blanc & Demilly ?) avec son frère Ernest tenant Guignol


Cep VermeilDes GNAFRONs partout...

La famille Castelbou a aussi répertorié des traces de GNAFRON ! (enseignes, publicités, etc) http://castelbou.free.fr/texte/tracegnafron.htm

Ci-contre : la fameuse (en son temps du moins..) pub du Cep Vermeil >>>>
Le Père La Grolle (alias Gnafron) est un vin du Beaujolais actuel (pub non rétribuée !)
Le nom de Gnafron a évidemment particulièrement inspiré (plus ou moins...) les négociants en vin, les restaurateurs et autres taverniers de tout poil...
Et aujourd'hui, des pseudos Gnafrons, on en trouve plein les forums sur Internet, forcément !

Père La Grolle


Et même en livres :

- Un ouvrage sur (de ?) "Gnafron journaliste" (Liens vers Amazon.fr) (et page sur le site de l'éditeur : Aleas)

- "Gnafron, une marionnette, un monument, une confrérie", de Pierre Tamain (Au Lilas Mauve, 2002)

- "Un “Regroleur” dit Gnafron, Un canut nommé Guignol", de Pierre-Emile Legrand (Ege, 1975, Numéro spécial hors-série des Cahiers du mensuel "Le Bouliste").

- Un journal de GNAFRON sous forme de blog : http://gnafron.canalblog.com/
" Gnafron, le compère de Guignol, met son grain de sel dans les affaires publiques. Il ouvre aussi les colonnes de son journal à ses amis de Lyon et d'ailleurs."


Gnafron et GuignolArchive 2007 :

Une exposition "GNAFRON MAIRE"
dans une commune d'Italie, Chignolo Po…

(NB et PS : Chignolo Po a finalement été jumelé avec Brindas en 2011… www.brindas.fr/Jumelage-avec-Chignolo-Po...)

 Le 22 septembre 2007, dans la salle de la Mairie de Chignolo Po (province de Pavie) Italie, était inaugurée l'exposition : « Gnafron Maire - Pierre Neichthauser marionnettiste et Maire».

 L'exposition comprend 22 panneaux de grand format et 30 plus petits qui retracent la vie du marionnettiste Pierre Neichthauser (1873 - 1953) qui fut par alliance un descendant du créateur de Guignol le  marionnettiste Laurent Mourguet (1769 - 1844).

 Voulue par la ville de Chignolo Po et soutenue par la commune de Brindas, l'association Peppino Sarina de Tortona, la Société des Amis de Lyon et de Guignol et le Musée Gadagne, Musée International de la Marionnette de la ville de Lyon, l'exposition est réalisée par Albert Bagno. L'exposition fait partie du festival de la marionnette provinciale de Pavie et a le parrainage de la Région Lombardie.

 Cette exposition est la première dédiée à Pierre Neichthauser, une personnalité originale de la culture lyonnaise. Il ne fut pas seulement un artiste de grande qualité, mais aussi un manager très doué qui permis au Théâtre du Gymnase qui était Quai Saint Antoine à Lyon de se développer. Pierre Neichthauser fut aussi un homme de grande valeur morale et accepta de devenir maire (de 1929 à 1941) de la petite commune de Brindas au sud ouest de Lyon. Pierre Neichthauser fut un homme qui a su unir des valeurs comme celle de la culture populaire, de la créativité artistique à des fins éducatives, de la défense du patrimoine lyonnais en participant à la vie locale et nationale. Il fut avec son frère Ernest un couple de marionnettiste hors pair ; il manipulait « Gnafron » le partenaire de Guignol manipulé par Ernest, quand, en 1929, Pierre devint élu Maire de Brindas.

Les journaux de Lyon titrèrent leurs articles : « Gnafron élu Maire de Brindas » (Note de Guignolsland: voir ci-dessus), d'où le titre de l'exposition. ''Brindas (Rhône) "la deuxième patrie de Guignol".

 On pourrait se demander pourquoi une ville d'Italie a choisi de parler de Guignol ?

Tout simplement parce que la marionnette la plus populaire de France, Guignol, né à Lyon vers 1808, trouverait l'origine de son nom dans celle du nom de la ville de Chignolo Po.

Pour ce motif, en 1981 la municipalité de Chignolo Po a fait du thème "Le retour de Guignol à Chignolo", une aventure culturelle qui continue encore aujourd'hui. Il s'agit de découvrir les racines Chignolaises de "Guignol".

 Albert Bagno (Marionnettiste - Chercheur)

Détail des panneaux exposés :

AFFICHE D'OUVERTURE / PRESENTATION 1 - (Italien) / PRESENTATION 2 - (Italien) / PRESENTATION EN FRANCAIS / L'ORIGINE DE GUIGNOL / LA FAMILLE MOURGUET / LES NEICHTHAUSER / GUIGNOL (qui est?) / GNAFRON (qui est?) / GNAFRON DE MONSIEUR NEICHTHAUSER / L'ARTISTE / LE THEATRE DU GYMNASE / CREATIONS DES NEICHTHAUSER / ARRIVEE A BRINDAS / BRINDAS AU TEMPS DES NEICHTHAUSER / BRINDAS DANS LE CASTELET / MONSIEUR LE MAIRE / BRINDAS AVEC NEICHTHAUSER / BRINDAS AUJOURD'HUI / CHIGNOLO PO AUJOURD'HUI / CONCLUSION

La deuxième partie de l'exposition est dédiée à programmes, affiches, lettres et autres documents divisé comme suit:.,
DOCUMENTS / QUELLE VIE! / VIE D'ARTISTE / LE SUCCES AIDANT! / ENGAGEMENT MORAL / « NOBLESSE A LA GUIGNOL » / JOIES ET DOULEURS D'UN MAIRE / MEME DANS LE NOIR / LA LUMIERE !

Dans l'exposition sont présentés plus de 60 documents, pratiquement jamais vus ensemble.

Sur cette commune italienne de Chignolo Po (à l'origine du nom de Guignol ?) :
it.wikipedia.org/wiki/Chignolo_Po / www.comune.chignolopo.pv.it/... / www.miapavia.com/articolo...

 


Pages Guignol à Guignolsland : Guignol et Brindas -- Gnafron (& Brindas) -- Le grenier de Guignol -- Guignol and Brindas --


ou retour à la page d'accueil de GuignolsLand
Bannière Guignolsland


**** ****

 

compteur de visites